La chirurgie de l’obésité liée à un risque plus faible de cancer

Les personnes souffrant d’une obésité morbide et qui subissent une intervention chirurgicale pour perdre le poids excédentaire présentent une probabilité plus faible de développer un cancer par rapport à ceux n’ayant subi aucune opération de chirurgie bariatrique selon une étude américaine récente.

Les chercheurs ont examiné les données sur près de 89 000 patients extrêmement obèses, dont environ 22 000 qui ont subi une chirurgie bariatrique pour perdre du poids entre 2005 et 2014. Après un suivi moyen de 3 à 5 ans, 2543 personnes seulement ont reçu un diagnostic de cancer.

Comparés aux personnes qui n’ont pas eu de chirurgie bariatrique, les patients qui l’ont fait étaient 33% moins susceptibles de développer un type quelconque de cancer au cours de l’étude. Ils ont également eu 40 % moins de chances d’être diagnostiqué avec des tumeurs qui sont associées à l’obésité.

Réduire le risque de cancer est juste une autre raison d’envisager la chirurgie bariatrique pour le traitement de l’obésité, a déclaré le Dr Daniel Schauer auteur de l’étude de l’Université de Cincinnati College of Medicine.

“Il y a beaucoup d’autres bonnes raisons d’avoir une chirurgie bariatrique, y compris de nettes améliorations concernant le diabète et l’hypertension artérielle”, a ajouté le Dr Schauer. “Il a également été montré que la chirurgie bariatrique augmente l’espérance de vie pour les patients obèses.”

Un lien direct entre l’obésité et le cancer ?
Le cancer est l’une des principales causes de décès dans le monde et la prévalence de l’obésité a plus que doublé au cours de la dernière génération. Les personnes obèses ont un plus grand risque de développer et de mourir de plusieurs types de cancer, y compris les tumeurs malignes du sein, des ovaires, des reins, du pancréas, du côlon, du rectum et de la moelle osseuse.

Les changements de style de vie tels que suivre une alimentation saine et faire régulièrement de l’exercice peuvent souvent aider à court terme mais ne produisent pas de résultats durables, en particulier chez les personnes qui ont plus de 100 kilos à perdre avant d’atteindre un poids santé.

Plus de la moitié des chirurgies d’obésité effectuées aujourd’hui utilisent ce qu’on appelle la gastrectomie manchon dont le principe est de réduire l’estomac à la taille d’une banane, selon la Société américaine de chirurgie métabolique et bariatrique. Les personnes opérées sont généralement invités à manger de petites portions après les opérations.

Dans la présente étude, seulement 27 % des patients opérés ont eu recours à une gastrectomie de la manche. La majorité a eu ce qu’on appelle la chirurgie de pontage gastrique, qui agrafe l’estomac pour créer une poche de la taille d’une noix et redirige une partie de l’intestin grêle.

Plus de 80% des patients de l’étude étaient des femmes. L’étude a été réalisée sur cinq sites exploités par Kaiser Permanente en Californie, en Oregon, au Colorado et à Washington

Avec la chirurgie bariatrique, les femmes ménopausées avaient 42% moins de chances de développer un cancer du sein que les femmes qui n’avaient eu recours à la chirurgie. Les femmes opérées étaient également 50% moins susceptibles d’avoir un cancer de l’endomètre.

En outre, les personnes qui ont eu une chirurgie de perte de poids étaient 41% moins susceptibles de développer un cancer du côlon et 54% moins susceptibles d’avoir un cancer du pancréas.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*