Les adolescents passent durant la période de l’adolescence par plusieurs troubles d’ordre psychologique. C’est l’âge durant laquelle les deux sexes s’attirent l’un vers l’autre. Sans aucune expérience dans la vie, les jeunes laissent germer la conviction que les personnes adultes ne peuvent pas les comprendre. Ils se lancent à suivre leurs émotions, à affranchir les barrières et  à oser faire tout ce qui est capable de transmettre leurs messages aux autres : je suis une femme, je suis un homme, j’aime la musique, je suis élégant, je suis cool, je suis classique, je suis artiste etc.

À l’adolescence, le corps pend une dimension un peu particulière. Les jeunes se concentrent beaucoup sur leurs défauts physiques, comparent leur image physique avec celle des autres. (Amis, stars, footballeurs, rockeurs.) . Cela est tout à fait normal. Et nous sommes tous passés par cette période aventurière, difficile et surprenante.

Aujourd’hui, nous vivons l’époque de l’image et du succès spectaculaire  de la chirurgie esthétique. En Asie, en Amérique latine  et même en Europe des jeunes adolescents de 16 ans passent sous le bistouri pour réparer des imperfections physiques qu’ils jugent très agaçantes. La question qui se pose, les adolescents sont-ils aptes à prendre la décision de faire des soins qui engagent toute leurs vies ?

Pourquoi les adolescents font-ils appel à la chirurgie esthétique ?

Les adolescents s’’intéressent aujourd’hui à la chirurgie esthétique pour deux types de motivations distinctes. Lorsque l’adolescent souffre d’un complexe en raison d’un défaut physique très disgracieux conduisant à un manque de confiance en soi et à un grand mal-être il cherche à travers le traitement  esthétique à se débarrasser radicalement d’un grand fardeau psychologique l’incitant souvent  à se replier sur lui-même. Le recours au geste chirurgical présente  dans ce cas une bonne solution. Les interventions esthétiques convoitées pour des raisons thérapeutiques ou réparatrices sont l’Otoplastie et le traitement de l’aplasie définie par une absence totale de sein chez la jeune fille à cause d’une glande mammaire inactive c’est-à-dire qui cesse de se développer durant la croissance.

D’autres adolescents stables psychologiquement visent à travers la chirurgie esthétique de devenir plus beaux et plus attrayants. Ceci s’explique par l’impact des ressources médiatiques prônant la minceur et la beauté physique. Nombreux parmi eux  et pratiquement les jeunes asiatiques, américains et brésiliens   font de la chirurgie esthétique une obsession.

Beaucoup de sexologues trouvent que ce ne sont pas seulement les médias responsables de la surgie de ce phénomène social. Selon eux, ces adolescents font la confusion entre vouloir plaire et vouloir être aimé. Ils cherchent à cet âge à trouver l’affection et l’amour grâce à  une apparence physique qui leur permet de ne pas être rejetés par les autres. Ils désirent en fait améliorer leur image corporelle pour qu’ils soient dignes d’être aimés.

En Europe, ce sont généralement les filles qui se précipitent le plus vers les cliniques esthétiques. Leurs interventions « vedettes » sont la rhinoplastie, l’augmentation mammaire et la réduction mammaire. En Asie,  filles et garçons encombrent les hôpitaux pour faire un débridage des yeux. Ces adolescents imitent leurs stars préférées  et pensent que  l’intervention est indispensable si on désire vraiment  se marier ou trouver un job.

Aux états Unis et  en Amérique latine,  toutes les interventions esthétiques et  même l’augmentation des fesses attirent les jeunes adolescents comme un aimant irrésistible. À l’âge de 14 ans, ces très jeunes patients trouvent tout le courage pour passer sous le scalpel et changer leur apparence physique. Le phénomène continue de se propager dans ces sociétés de telle manière que la chirurgie esthétique en tant que discipline médicale  s’est trop banalisée. En guise de cadeau d’anniversaire, les parents offrent à leurs enfants des interventions esthétiques.

Comment fait-il réagir ?

La chirurgie esthétique s’adresse aux personnes matures physiquement et psychologiquement. Avoir de l’argent de côté ne suffit pas pour se permettre de faire une intervention esthétique. Les adolescents ont généralement des attentes irréalistes. Les parents doivent être très attentifs et ne pas céder à tous les caprices de leurs enfants. Ils doivent identifier les réelles motivations incitant ces enfants à subir un traitement chirurgical.

Le chirurgien esthétique est appelé  à mettre en place un échange constructif avec les parents et l’adolescent pour bien étudier le cas du jeune patient. S’il juge que les arguments présentés ne sont pas assez convaincants ou que l’adolescent n’est pas apte à faire l’opération souhaitée il doit impérativement décliner la demande.

Au final, il ne faut jamais encourager les opérations esthétiques trop hâtives. L’adolescence  est une période très délicate. Les bonnes décisions ne se prennent pas sur un coup de tête. L’adolescent peut regretter son choix après un certain temps.  Faire appel à un psychologue peut parfois suffire pour qu’il retrouve sa confiance en lui. Si le cas du patient requiert vraiment  un traitement chirurgical  L’autorisation des parents est alors  indispensable.

Les plasticiens tunisiens ne cessent de le confirmer : il ne jamais opérer de façon inutile les adolescents. La chirurgie esthétique en Tunisie  ne doit pas tomber dans le piège de la commercialisation de l’acte médical.