Dilemme : allaiter ou se prémunir de la ptôse mammaire ?

La ptôse mammaire n’est pas une fatalité. Avoir les seins qui tombent à un certain âge ou des suites de l’allaitement, peut être soigné par des techniques médicales, chirurgicales ou en adoptant des thérapies naturelles. Mais est-ce vraiment l’allaitement l’unique cause de ptôse mammaire ? Non, et heureusement que non, sinon aucune maman ne prendrait la peine d’allaiter son bébé. En plus, il existe de nombreuses vertus de l’allaitement aussi bien pour le bébé que pour la maman. Quant à la ptôse des seins elle est causé entre autres choses au vieillissement, à un grand volume des seins et une mauvaise qualité de rétraction cutanée.

Retrouver ses seins après l’allaitement

Comment retrouver une fermeté de sa poitrine après avoir allaiter son enfant pendant plus d’un an ? Les seins tombent après le sevrage du bébé, des suites de l’atrophie des glandes, la peau s’est relâchée et les réserves adipeuses ont disparus petit à petit. Donc, les exercices qu’on voit un peu partout ne permettront pas de raffermir la poitrine.

Si par contre, la femme dispose d’une bonne qualité de rétraction cutanée, elle peut prétendre à retrouver sa forme d’antan. C’est en fait après la période de sevrage que les seins commencent à perdre de volume. Mais pour ce qui est de la fermeté de la poitrine, elle est tributaire de la fermeté des tissus conjonctifs et cutanés des seins.

Pour retrouver le volume manquant en cas de petite ptôse mammaire, on pourrait toujours essayer le fenugrec grâce aux vitamines et la lécithine qu’il contient. Une augmentation du volume de la glande et des tissus mammaires seront visibles.

Si en plus de la perte de volume la peau est relâchée, accentuée par la vieillesse, une intervention chirurgicale sera nécessaire. Car la pesanteur, en plus du relâchement peuvent avoir raison de la fermeté des seins et la femme se retrouve alors avec des seins ramollis et qui ont perdu aussi bien de volume que de fermeté.

Ainsi, le fait d’allaiter son bébé n’est pas une fatalité et ce n’est pas toujours la cause principale de relâchement de la poitrine. De toute évidence, les progrès du domaine de la médecine et de la chirurgie esthétique permettent de retrouver une jolie poitrine. Sans compter sur le tourisme médical qui présente l’opportunité de le faire à prix bas. Si nous prenons par exemple, le prix lifting seins en Tunisie qui est beaucoup moins cher qu’en France et qui est prodigué par des chirurgiens formés en France d’ailleurs, pour un grand nombre d’entre eux.

Voyons, à présent, dans ce qui suit les bienfaits de l’allaitement pour la mère.

Bienfaits de l’allaitement pour la maman

Allaiter n’est pas toujours synonyme de relâchement de la poitrine. Pour beaucoup de femmes l’allaitement est une expérience formidable, au bout de laquelle elles gardent la fermeté de leurs seins.

Hormis les bienfaits de l’allaitement pour le bébé, il permet à la maman de :

Réduire les saignements. En encourageant les contractions utérines, l’utérus retrouve sa taille initiale plus rapidement et vous prévient de tout risque d’anémie à cause des saignements.

Protéger contre les cancers du sein, du col de l’utérus et des ovaires ainsi que de l’ostéoporose. En allaitant pendant plus d’une année, le risque de contracter un cancer du sein est diminué de 4.3 % en plus d’une diminution de 7 % pour chaque naissance. En plus l’hormone de l’ocytocine, qui est secrétée pendant la grossesse et avec l’allaitement, permet de re minéraliser les os après l’accouchement

Ne pas prendre beaucoup de poids. Si la future maman a veillé à bien mangé pendant sa grossesse, avec l’allaitement en plus, elle peut espérer retrouver son poids initial plus rapidement

Se relaxer. Toujours grâce à l’ocytocine, les endorphines et la prolactine, une sérénité est immédiatement atteinte. Ces hormones permettent à la maman d’être plus détendue.

Enregistrer

Enregistrer